Information : Déphasage entre nos comportements d’usages, nos outils, et nos organisations

Les études sont rigolotes et pleines d’enseignements lorsqu’on les compare, car elles font ressortir des points qui montrent du doigt des sujets souvent passionnants. Voici pour réflexion :

Sur la base de l’observatoire de la gouvernance de l’information (GouvInfo) (résultats arrondis susceptibles d’évoluer jusqu’à novembre), nous avons au niveau des comportements d’usages :

  •  85% des répondants qui capitalisent et partagent leurs connaissances avec leurs collègues,
  •  90% qui interagissent pour enrichir les informations qu’ils consultent
  •  95% des répondants qui ont déjà aidé un collègue sans que ça n’entre dans le cadre de leurs missions,
  •  70% qui ont déjà réuni une communauté pour résoudre un problème rencontré,

Et au niveau outils :

  •  85% sont familiers avec les notions de réseaux sociaux ou portail collaboratifs qu’ils utilisent pour partie dans le cadre de leur travail,
  •  Plus de 70% des répondants utilisent régulièrement un smartphone ou une tablette pour travailler, c’est un facteur facilitant pour 60%.

Bref que du bon sens,  nous savons communiquer, partager, et vivre en collectivité, … aussi avec de l’information (le thème de base de l’étude est autour de “Comment mieux maitriser l’information”)

Ensuite :

Sur la base de SerdaLab, le laboratoire d’études du groupe SERDA, dans sa dernière étude « Réseaux sociaux d’entreprise (RSE) : objectifs, mise en œuvre et gouvernance » fait apparaitre que :

  •  23% des organisations sondées déclarent posséder un réseau social d’entreprise actif,
  •  33% inscrivent un tel projet dans un avenir proche.

 Bref, pour celles et ceux qui suivent le feuilleton du moment (qui dure quand même depuis quelques années), les réseaux sociaux d’entreprise (une sorte d’espace collaboratif  ou l’utilisateur peut s’afficher lui, son savoir, et son savoir-faire, et ainsi se connecter avec n’importe qui dans l’entreprise) ont du mal a entrer dans les mœurs de nos organisations.

Comparaison et interprétation :

Cela fait apparaitre que nous sommes aujourd’hui et ce pour une grande majorité, (ne l’avons-nous pas toujours été ?) ouverts au partage, collégial pour créer de la valeur autour de l’information, volontaire pour aider des collègues, capable de réunir d’autres personnes ensembles pour résoudre un problème. Notre nature profonde est dans le partage, la collectivité. Wow, incroyable nous sommes effectivement des être sociables !!! 😉

À côté de cela nous sommes maintenant familiers avec les moyens – outils qui nous permettent d’exprimer notre sociabilité mais, … ;

… mais nos organisations répondent minoritairement à cet ADN évolué de fonctionnement en collectivité.

C’est tout de même bizarre non, pourquoi ce décalage entre +/- 20% de réponses alors qu’il y a +/- 80% de demandes, n’y a t’il pas un marché interne à l’entreprise, qui n’est pas exploité ?

 

Comments are closed.

%d bloggers like this: